• Contactez-nous: 0970 444 744

États-Unis. Quand le savoir-faire est mieux coté que les diplômes

20 février, 2018
Posted in Business
20 février, 2018 Danitis

De plus en plus d’entreprises américaines préfèrent recruter en fonction de compétences réelles plutôt que d’un niveau d’études déterminé́.

Bien qu’au cours de ces dernières années, la Silicon Valley ait été alimentée par les jeunes les plus brillants sortis tout droit des universités d’élite, elle s’est nourrie durant de nombreuses années de tout le talent universitaire à sa portée et les résultats ont été spectaculaires. Cependant, le changement d’orientation n’est pas une coïncidence. 

Les dirigeants des entreprises technologiques ont reconnu un problème à résoudre: peu de diversité culturelle et démographique. Par conséquent, l’industrie a proposé d’élargir sa cible de recherche à un profil non conventionnel. Il a été proposé de commencer à embaucher des personnes qui n’avait pas obtenu quatre années d’études.

Au-delà de la diversité

En 2015, le président des États-Unis Barack Obama avait présenté un plan appelé TechHire dans le but que davantage de gens acquièrent les compétences nécessaires pour occuper des postes informatiques. Au moment de l’annonce, Obama avait déclaré qu’il y avait plus de 500 000 postes de technologie inoccupés. De plus, une statistique récente du département du Travail des États- Unis a révélé́ que jusqu’à un million d’emplois dans le secteur IT seront vacants d’ici 2020.

De nombreuses initiatives

Chez IBM, ce nouveau modèle d’initiatives est appelé «nouveaux profils» ( «New collar» jobs ). Selon Sam Ladah, vice-président des ressources humaines de l’entreprise, il s’agit de se tourner vers de nouveaux horizons pour détecter les talents jusque-là méconnus. »Nous les considérons en fonction de leurs capacités », a déclaré Sam Ladah dans de nombreux médias spécialisés. La technologie de l’information dans une société globale priorise les connaissances techniques dans des domaines spécifiques selon que le candidat a un diplôme universitaire ou non. « Nous avons eu beaucoup de succès avec cette nouvelle approche d’embauche », a-t-il déclaré.

La technologie a démocratisé la connaissance au-delà des salles de classe d’une université. Par exemple, de nombreux fans de jeux vidéo ont réussi à créer leurs propres jeux vidéo de manière autodidacte. Une telle aptitude fait d’eux des postulants requis pour des postes liés à la technologie de l’information au-delà du contexte qui marque leur curriculum vitae. « Nous cherchons des gens qui ont une véritable passion pour la technologie », a déclaré Sam Ladah, qui précise qu’à l’heure actuelle, entre 10 et 15% des nouveaux employés chez IBM n’ont pas de diplôme universitaire.

Intel est l’un des multiples cas de recherche alternative dans la Silicon Valley. Un programme donne aux jeunes fraîchement sortis de l’école secondaire la possibilité d’effectuer un stage dans l’entreprise. Dans le même principe, ils financent des initiatives qui favorisent le développement des technologies de l’information dans le milieu scolaire.

L’objectif est le même: diversifier. Exploiter les talents non traditionnels. « Grâce à des initiatives axées sur l’éducation, l’investissement dans des stages pour les étudiants des écoles secondaires et les collèges communautaires, notre objectif est de créer un pôle professionnel en technologie diversifiée de talents tels que l’ingénierie et de l’informatique », a déclaré Danielle Brown, Vice- président des Ressources Humaines. 

Microsoft a ainsi décidé de financer à hauteur de 21 millions d’euros une initiative baptisée Skillful, qui propose des formations permettant aux classes ouvrières de s´adapter aux postes vacants à travers les États-Unis.

Opportunity@Work, une entreprise à vocation sociale, a pour sa part développé un programme de formation dénommé TechHire, qui se fixe pour mission de remettre en cause “l’hégémonie du bachelor” [diplôme de niveau bac + 3], selon les termes de Byron Auguste, son président.

Les exemples sont nombreux et bien que de nombreuses entreprises de la Silicon Valley continueront à avoir recours à des talents à l’étranger, la tendance à résoudre ce problème en soutenant des écoles qui pourraient former aux compétences qu’ils recherchent est en hausse.

, , , ,
Appel
Contact